Éloge à l’imperfection ou le droit d’être imparfait

Ais-je le droit d’être imparfaite ?

Puis je me l’autoriser ? Pas facile lorsque la majorité des gens pense qu’il faut l’être, que le perfectionnisme est une qualité noble. Pour être tout à fait honnête, face à ces gens, je n’ai qu’une envie, c’est leur rappeler que le perfectionnisme est fondé sur la peur. Et alors me vient en tête cette phrase tirée du livre « Big Magic » d’Elizabeth Gilbert:

Le perfectionnisme c’est la peur en talons chics et manteau de fourrure qui prétend être élégante, alors qu’elle est juste terrifiée…

Quand je vois une personne qui veut à tout prix être parfaite et/ou qui met en avant son perfectionnisme, je ne peux m’empêcher de penser à cette phrase. Et bien qu’admirative sur certains résultats obtenus, je ne peux m’empêcher de voir la petite fille, ou le petit garçon qui veut faire bien ou faire plaisir, qui attend de la reconnaissance, de je ne sais trop qui d’ailleurs.

Attention, je ne suis pas en train de dire que je n’aime pas que les choses soient bien faite et que l’on a pas le droit d’aimer le travail bien fait !!! Je suis juste en train de parler des cas où cela « déborde », quand on ne le fait pas pour soi mais pour le regard de l’autre, quand cela devient bloquant et nous empêche d’avancer. Quand cela devient obsessionnel et compulsif, quand la perfection devient la seule  référence valide. 

Parfait par rapport à quoi ? A qui ?

Qui a décrété à un moment donné que les émotions c’est pas bien, on doit tout contrôler ? Que le corps qui vieillit c’est pas normal, on doit rester jeunes. Que si tu veux être heureux(se) tu ne dois jamais faire d’erreur, tu dois suivre un chemin tout droit, tu dois pouvoir t’acheter tout ce que tu veux, même ce dont tu n’as pas besoin.

Je me demande qui s’est levé un matin et a dit que pour être bien, tu devais plaire à tout le monde et être comme tout le monde ? Oui, Je me demande…

Être comme tout le monde c’est quoi ? Je connais tellement de gens différents, avec des goûts et des vies tellement différentes, comment je peux faire pour être comme eux tous ? Et comment je peux faire pour leur plaire à tous ? Et moi, ne suis-je pas assez bien pour ne pas vouloir juste être moi-même ?

Toi aussi tu connais un tas de gens très différents. Est-ce que tu te poses ces questions toi aussi ?

Peut-être as tu déjà cessé de te les poser. Moi aussi. Pourtant, j’ai longtemps essayé de faire comme tout le monde. Et puis, je me suis aperçu que finalement, personne ne ressemble à personne, que chacun fait de son mieux avec sa vie, que la majorité des gens ont emprunté des chemins escarpés. Alors, après m’être épuisée, voire même usée, à tenter de rentrer dans ce p….n de moule, dessiné par je ne sais qui,  j’ai compris que pour être heureuse, je n’avais plus le choix que d’apprendre à m’accepter, telle que je suis, dans ma globalité. Quelle sage et douce décision ! Aujourd’hui j’ai réussi, non sans mal, mais j’en arrive même à m’apprécier dis donc #Autokiffe !!

Pourquoi ne pas s’autoriser à être nous même ?

En tant qu’être humain, toute notre physiologie s’adapte pour créer un équilibre dans notre corps. Au moindre dysfonctionnement, tout un mécanisme de défense et de rétablissement se met en place pour que nos fonctions puissent continuer « d’assurer ». Une blessure ? La défense et la reconstitution des tissus s’organisent…bref, je suis fascinée par le corps humain.

Et notre psyché ? Quelle magnifique et complexe système !! Inutile de rappeler qu’elle va faire tout ce qu’il faut elle aussi pour nous protéger, nous alerter, nous rassurer (amnésie, dépression, tocs, émotions, etc.).

Alors, oui, parfois ça déraille, ça peut même dérailler grave. L’être humain est perfectible. C’est notre nature, la nature est imparfaite, mais globalement nous sommes quand même vachement bien faits non ? Nous sommes plein de ressources, capables de nous adapter, de nous guérir, nous reconstruire, (la liste est longue), non sans coup de pouce de temps à autres bien sûr (accompagnement, traitements médicamenteux, etc), mais on est quand même pas mal je trouve, il serait temps de le reconnaître tu ne crois pas ?

Je m’amuse souvent à comparer l’être humain à une machine. Un bolide hyper performant et hyper sophistiqué. Et bien, aussi performant et sophistiqué que soit ce bolide, si tu le fais tourner à plein régime sans arrêt, que tu lui apportes le mauvais carburant tout le temps, et que tu le mets contre le mur trop souvent, on est d’accord, il n’ira pas loin.

Cette belle machine que nous sommes et que nous pilotons a besoin que l’on prenne soin d’elle et qu’on la respecte. On lui doit bien ça, non ?

Et si tu veux continuer sur cette lancée, y travailler chaque semaine et remettre en place une dynamique positive, invite moi chaque lundi matin à l’heure du café, dans ta boite mail ! 

Pour partager ton avis, ton ressenti...c'est ici !

%d blogueurs aiment cette page :